高齢者、 の危険性のある健康 な食習慣

Bienvenue au site de la

Famille Missionnaire Donum Dei !

Nous sommes une famille spirituelle catholique appartenant au Tiers Ordre Séculier du Carmel.

A travers ce site, nous vous invitons à découvrir notre histoire, notre spiritualité, et nous vous tiendrons au courant de l’oeuvre de la grâce dans nos missions dans les cinq continents.

Alors entrez dans ce site, et soyez les bienvenus !

Le fondateur de la Famille Missionnaire Donum Dei est un prêtre diocésain français, le Père Marcel Roussel-Galle, qui a vécu de 1910 à 1984.

Né le 8 juin 1910 aux Fins en Franche-Comté (France), le petit Marcel Roussel-Galle bénéficie d’une éducation chrétienne exemplaire de la part de ses parents. Bientôt ce sera l’entrée au petit séminaire de Consolation à l’âge de onze ans où il apprend de plus en plus à aimer Jésus.

Quand il a seize ans, lors des vacances en famille, sa maman tombe brusquement malade et lui dit, avant de partir à l’hôpital : “Après ma mort, tu continueras à aller au séminaire, et tu diras ton chapelet. Je dis tous les jours mon chapelet pour toi, pour que tu sois prêtre. Après, tu le diras à ma place.” Peu de temps après, elle mourait.

A l’âge de 18 ans, Marcel entre au séminaire de philosophie de Faverney, et ensuite au grand séminaire de Besançon. Il s’ouvre aux misères du monde et vibre aux besoins missionnaires de l’humanité. Il écrit : “La nuit est venue, au séminaire tous les petits abbés ont regagné leur cellule ; le silence règne ; c’est le travail. A mes oreilles, le bruit de la ville ne parvient pas. Je ne les vois pas, ni ne les entends, ces milliers d’êtres humains serrés autour de moi, cependant je songe à eux ; quelles sont leurs pensées, leurs désirs, leur espérance ? Instinctivement je les aime. Surtout ceux qui souffrent, ceux qui pleurent, ceux qui agonisent peut-être. A tous je voudrais faire du bien.”

L’année de son ordination, 1934, arrive enfin. Mais le 2 juin, son papa meurt de typhoïde, après avoir posé son dernier regard sur une image de Notre Dame de Lourdes. Le jour de l’ordination, le 22 décembre, c’est au Ciel que son papa y participe. Les épreuves n’ont en rien diminué le zèle missionnaire du jeune prêtre…

Haut

La fondation

“Les masses paganisées m’attirent, dit le Père Roussel. Je voudrais les évangéliser.” Il n’est pas le seul, bien sûr. Il avance à l’unisson avec un maître, le Cardinal Suhard, et de nombreux disciples, particulièrement le Père Godin, le Père Guérin et d’autres personnes soucieuses de cette déchristianisation qui progressivement envahit des couches sociales de plus en plus étendues. Le Père Godin, dans son livre “France, pays de mission ?” sonne l’alarme en présentant une description dramatique de tant de milieux pervertis, sans Dieu, en proie à une chute radicale de la foi et de la pratique religieuse. Des apôtres surgissent nombreux. La mission de France, la mission de Paris, de nombreuses communautés ou sociétés s’orientent vers la re-christianisation de ces milieux, qu’ils soient ruraux ou citadins. C’est un véritable esprit de Pentecôte qui soudainement jaillit de toutes parts.

Une intuition se précise peu à peu à l’esprit du Père Roussel. Sans bien savoir encore le chemin à emprunter, il sait qu’il doit rassembler des jeunes filles qui, tout en restant dans le monde, offriraient pour toujours leur virginité à Jésus. Fasciné par l’exemple des vierges de l’Eglise primitive qui ont illuminé les ténèbres de la société romaine décadente, il entrevoit des vierges qui seraient des apôtres lumineux dans la société moderne marquée par la libéralisation des moeurs. Ces vierges seraient non pas à l’intérieur d’un cloître, mais dans le monde du travail, sans costume religieux. Elles sauront montrer qu’en plein monde, dans les activités de la vie quotidienne, il est possible de vivre une vie de prière profonde. A ces vierges, il donnera le nom de Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée, le 11 février 1950, lorsqu’il rassemble les toutes premières dans une petite communauté en la fête de Notre Dame de Lourdes.

La Vierge Immaculée est leur modèle. Leur chemin spirituel, celui de la Petite Thérèse, Jeanne d’Arc, un exemple de sainteté virginale laïque vécue dans les aléas de la vie du monde. Les débuts sont audacieux ! Des bars, des usines sont pénétrées. Leurs petites brebis perdues, préférées, sont les ” Marie-Madeleine “, comme elles appellent affectueusement les filles qui se prostituent. Les ouvrières aux mœurs rudes et dures, souvent malheureuses, les attirent. Le Père Roussel lance ses missionnaires, ou plutôt celles ” de l’Immaculée “, comme il aime à le dire, dans les durs champs de bataille du Christ, où Satan œuvre ouvertement.

Il fait bon imaginer ces pionnières partir le matin à Pigalle, chacune dans un bar où travaillent de nombreuses prostituées. Chacune accueille les clients du bar, fait la vaisselle, sert à boire, à manger… A travers ses gestes de travailleuse, chacune cherche aussi à servir la Parole de Dieu, à offrir la Miséricorde de Jésus assoiffée de se déverser sur ces nombreuses brebis égarées. Chacune a son temps d’arrêt pour dire le chapelet dans une chambre d’hôtel, louée dans le voisinage. Auprès de la Statue de la Vierge de Lourdes, les Travailleuses Missionnaires, rejointes rapidement par quelques ” Marie-Madeleine “, égrènent des ” Ave ” pour ce milieu qui leur est confié. Le Père Roussel est bien actif dans cet apostolat. Les “filles ” le connaissent et l’aiment. Il est vraiment aussi ” leur Père “. A plusieurs reprises, il organise des pèlerinages à Lourdes pour les emmener, nombreuses, au pied de l’Immaculée.

” Continuer la rencontre de Jésus avec la femme samaritaine au Puits de Jacob, écrit-il. Comme lui, aller redire à la prostituée, à la fille mère, à la femme mariée civilement, à celle qui vit l’union libre, à toutes celles qui gaspillent leur amour : ” Si tu savais le Don de Dieu “, et leur révéler la femme parfaite: l’Immaculée “. (Dans le Sillon Missionnaire, juin 1948)

Haut

La croissance de la mission

Peu de temps après la fondation de sa Famille spirituelle, le Père Roussel comprend que l’Europe n’est pas la seule terre de combat sur laquelle doit travailler sa Famille spirituelle. Il comprend que le monde entier doit être pénétré d’un esprit missionnaire. Attiré par l’Afrique, dès 1956, il fait prier les Travailleuses Missionnaires (T.M.), pour connaître la Volonté de la Sainte Vierge: ” Veut-elle des TM en Afrique ? “.

En Afrique
Le 21 avril 1957, le Pape Pie XII lançait un appel au monde dans son Encyclique ” Fidei Donum “: ” L’Afrique attend des missionnaires “. De cette Famille Spirituelle naissante, la réponse ne se fait pas attendre. En automne 1958, deux Travailleuses Missionnaires s’envolent pour la Haute Volta, actuel Burkina Faso. L’une, professeur dans un lycée, l’autre, médecin à l’hôpital. Peu de temps après, quelques T.M. les rejoignent dans cette première mission, et c’est l’ouverture du restaurant ” L’Eau Vive ” en 1961.

Bien vite, des vocations arrivent et la mission se développe très rapidement. Aujourd’hui encore, de nombreuses jeunes sont en formation dans ce pays qui compte deux ” Eau Vive “, ainsi que de nombreux Membres de la Fraternité.

En fin d’année 1987, deux T.M. partent pour une fondation en République Démocratique du Congo. En peu de temps, des vocations se présentent, mais bien vite l’insécurité et la guerre civile vont obliger les T.M. à partir. Malgré cela, à travers les Membres de la Fraternité, la Famille Donum Dei reste bien présente et vivante dans ce pays. Et grâce à la présence des Pères Carmes O.C., nos vocations T.M., sont bien soutenues, non seulement à Kinshasa, mais aussi à l’Est du pays.

Le 15 octobre 1990, deux Travailleuses Missionnaires (T.M.) arrivent au Diocèse de Mbalmayo, Cameroun. Sans tarder les vocations se présentent, et au fil des ans, les Fraternités Donum Dei se multiplient. Aujourd’hui 9 groupes sont présents dans plusieurs Diocèses du pays. Leur enthousiasme et dynamisme donnent de bons fruits d’apostolat.
En janvier 1995, c’est pour le Kenya que deux T.M. s’envolent, où les Conférences des Evêques d’Afrique nous demandent de tenir le Centre Biblique. Et bientôt, à Nairobi doit naître, une ” Eau Vive “, et un centre d’apprentissage pour des jeunes filles et femmes démunies. Ce dernier projet est soutenu par des personnes soucieuses d’aider des pauvres. Dans ce pays aussi, les vocations jaillissent.

Après la demande de l’Episcopat, et plusieurs voyages entrepris par les Responsables de notre Famille, c’est en la fête de l’Epiphanie 2003, que la mission de Madagascar voit le jour. Aujourd’hui trois T.M. sont présentes à Antananarivo, et quelques jeunes, auprès d’elles, commencent leur formation missionnaire.

Des vocations arrivent aussi d’autres pays d’Afrique, où il n’y a pas encore la présence des Travailleuses Missionnaires, comme le Ghana, le Rwanda, le Congo Brazzaville.

En Asie
C’est en 1960 que deux Travailleuses Missionnaires sont envoyées au Laos, à Ventiane. De là, elles s’orientent plutôt vers le Vietnam. En 1964 elles sont à Saigon, puis en 1968, un restaurant ” Eau Vive ” verra le jour à Dalat, en pleine guerre. Cette mission tiendra jusqu’en Août 1975, date à laquelle les missionnaires seront expulsés du pays. Mais, les vaillantes Travailleuses Missionnaires vietnamiennes, restées sur place, entreront dans le silence et continueront humblement leur vie de T.M. préparant dans l’obscurité une génération de jeunes vietnamiennes dont le nombre est impressionnant. Depuis 1993, elles ont la possibilité de rejoindre la formation en Europe.

En 1981, c’est à Manille, aux Philippines, qu’après quelques années d’enfouissement, les Travailleuses Missionnaires ouvrent une ” Eau Vive ” dans un quartier où les familles pauvres sont nombreuses. Ces petits, ces derniers, viennent en grand nombre, auprès de leur Maman du Ciel, chercher réconfort et enseignement.

En la fête des missions 2002, une petite mission commence à Pondichéry, en Inde. Une toute petite mission, qui a commencée dans beaucoup de foi, et qui déjà porte des fruits…

En Amérique Latine
Pour l’Amérique Latine, c’est en Argentine, qu’a lieu la première fondation. Elle répond à la demande réitérée d’une fidèle lectrice de ” Dans le Sillon Missionnaire ” qui écrivait au Père Marcel ROUSSEL-GALLE :
” Il faut que les T.M. viennent s’établir à Buenos Aires. J’ai passé de longues heures devant le Saint Sacrement pour que le Seigneur exauce mes vœux, car les T.M. développeront ici Foi et Amour “.

Les trois premières T.M. arrivent le 1er Novembre 1960. Durant trois années, elles s’enfoncent dans la foule anonyme d’Argentins autochtones et d’immigrants. Tout en étant simples travailleuses manuelles, leur rayonnement surnaturel consiste en vie cachée et en prière silencieuse. Après une longue recherche, la lumière se fait pour établir ” L’Eau Vive “. Un tout petit restaurant ouvrira ses portes le16 juillet 1969. Mais l’Eau Vive connaît une croissance rapide qui exige la construction d’une maison plus ample. Le Père Marcel ROUSSEL-GALLE lui-même approuve et signe les plans de l’architecte, le 25 mars 1971. C’est dans cette ” Eau Vive “, qu’en 1976, le 11 février, commence le chant des ” Ave Maria ” qui unira la prière des T.M. et celle de nombreux amis de l’Eau Vive. C’est une forme nouvelle du ” Salve Regina “, pour l’Abbaye moderne qu’est ” L’Eau Vive “.

En février 1978, deux Travailleuses Missionnaires partent à Lima, pour commencer la fondation de la mission du Pérou. ” L’Eau Vive ” ouvrira ses portes en juin 1981, pour la fête du Sacré Cœur. Bien vite elle y accueillera de nombreux clients. De belles et solides vocations vont fleurir dans cette généreuse terre de Sainte Rose de Lima, et de Martin de Porres.

A peine décrétée la reconnaissance Juridique de notre Famille (22 février 1987), le Cardinal Sales de Rio de Janeiro se rappelle de la conversation qu’il avait eu un jour avec le Père Roussel, au sujet d’une fondation dans son Diocèse. C’est ainsi qu’en janvier 1988, deux Travailleuses Missionnaires partent pour le Brésil. Elles iront vivre au milieu des pauvres, dans une Favella de Rio, et là, elles vont développer un impressionnant travail apostolique.
La même année, deux T.M. partent pour le Mexique, dans la région des hauts plateaux de Jalisco, à Tepatitlan. Deux années de vie cachée précéderont l’ouverture d’un petit restaurant ” Eau Vive “. Les premières vocations arrivent, et l’apostolat y est dynamique. Nos sœurs le dédient surtout aux familles et aux enfants qui habitent les ” ranchos ” des grands propriétaires terriens.

La mission de Colombie, commencée le premier mars 2003, est la dernière née de nos missions d’Amérique Latine. L’apostolat se réalise surtout auprès des gens de la mer, et de leurs familles.

En Océanie
Le Père Marcel ROUSSEL-GALLE communiait profondément au Christ dans sa soif infinie des âmes. Il voulait conquérir les âmes les plus pauvres, les plus éloignées de Dieu et cela sur toute la surface de la terre. Voilà pourquoi, en 1966, il envoie des Travailleuses Missionnaires en Nouvelle Calédonie, dans le Pacifique, répondant ainsi à l’appel du Christ : ” Allez dans le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création, et jusqu’aux extrémités de la terre, dans les îles les plus lointaines “.

De 1966 à 1975, les T.M. ont creusé, dans la prière et le sacrifice, les fondations de la future mission. D’autres personnes se joignent à elles par la prière, parmi elles, les premières vocations T.M. En effet, dès 1972, quelques jeunes des Iles voisines (Wallis, Futuna, Vanuatu) commencent à rejoindre les Travailleuses Missionnaires présentes à Nouméa.

En 1976, la construction du restaurant L’Eau Vive du Pacifique débute. Le 1er janvier 1977, fête de Marie, Mère de Dieu, le restaurant ouvre ses portes . ” L’Eau Vive “, disait le Père Marcel ROUSSEL-GALLE: ” un carmel ouvert, un lieu de prière et de contemplation dans l’action, un lieu où tous ceux qui sont fatigués par les bruits du monde peuvent venir se refaire afin de continuer le chemin “.

Suite à l’appel de l’Evêque de Wallis Futuna, une petite équipe de T.M. s’installe début 1992 sur les îles afin de participer à la Catéchèse dans les Collèges et Lycées. Elles pourront également soutenir les nombreux membres associés de ces îles, ainsi que les futures Travailleuses Missionnaires.

La naissance des restaurants ” Eau Vive ”
Avec non moins d’audace, sous l’inspiration de l’Esprit et de la Vierge, il commence à organiser ce qui s’appellera ” les Eau Vive “. Des restaurants, des lieux d’accueil et d’évangélisation où les Travailleuses Missionnaires, de cultures diverses, travaillent dans un esprit de prière, d’offrande pour le monde, comment ne seraient-elles pas alors des rayons lumineux de la présence de Jésus venu sauver tous les hommes et les rassembler dans l’unité de son amour ?

Ces ” Eau Vive ” s’étendent. Le Père Roussel les appelle ” des Carmels ouverts “, des ” Abbayes modernes “. Les Ave Maria y sont chantés tous les soirs. Cette simple prière, que de gens n’a-t-elle pas touchés, bouleversés !

” Il y a si longtemps que je n’ai pas prié!
” Prier dans un restaurant! c’est étonnant. Il faut du courage! moi qui ai si peur de manifester ma foi.
” Pourquoi prier dans un restaurant? ce n’est pas une église! ”
Bonne occasion pour partager cette conviction que la prière n’est pas réservée seulement pour l’Eglise, mais que toute la vie doit devenir prière.
Les Travailleuses Missionnaires trouvant en ces ” Eau Vive ” un centre, peuvent alors diversifier l’apostolat selon les besoins qui les entourent: catéchèse, apostolat auprès des familles, de groupes de jeunes, visite aux prisonniers, aux malades…

Les Membres Associés
Autour des ” Eau Vive “, naissent des membres associés. Des hommes, des femmes désireux de progresser en sainteté dans leur vie de mariage et de travail; d’autres sentant un appel à quitter une vie médiocre ou orientée vers le péché; l’appel du Christ lancé à la Samaritaine retentit aussi dans leur cœur. Ils voudraient ” déposer leur cruche “, c’est-à-dire changer de vie. La Famille Donum Dei les accueille avec un message plein d’espérance et leur rappelle que tous nous sommes appelés à devenir des saints. Quel que soit notre état de vie, quel que soit notre niveau spirituel, aussi bas soit-il, le Christ nous appelle à le suivre. C’est ainsi qu’a commencé la Fraternité, composée de familles, de jeunes, de personnes âgées. Des réunions de formation se sont organisées pour que chacun et chacune découvre et entreprenne son chemin de conversion, et puisse suivre la petite Voie de l’Enfance Spirituelle, telle que nous l’enseigne Thérèse de Lisieux.

Haut

Sous le Manteau de Notre Dame du Mont Carmel

Le Père Roussel comprend que ces Membres, divers par l’état de vie, sont membres d’une unique et même Famille, à laquelle il donne le nom de FAMILLE MISSIONNAIRE DONUM DEI.

Dans la nuit du 15 au 16 février 1984, alors qu’il cherche à tâtons, si l’on peut dire, la situation juridique de la Famille, il comprend que cette Famille qui, depuis ses débuts a puisé son esprit dans le grand courant carmélitain, et tout particulièrement dans la Petite Thérèse, pourrait trouver sa place dans l’Ordre du Carmel. Les grands Ordres de l’Eglise ayant la possibilité de reconnaître juridiquement des laïcs, comme Membres de leur Tiers-Ordre, ne serait-ce pas une solution bien adaptée pour ces Travailleuses Missionnaires que le Fondateur a toujours appelées “des carmélites dans le monde”. La semaine du 15 au 22 février restera toujours pour les membres de la Famille Missionnaire, une semaine historique. Durant ces jours, les contacts se créent avec le Carmel; il apparaît que la possibilité d’être rattachée dans le Tiers-Ordre séculier Carmélitain soit possible pour la Famille Donum Dei tout entière. Le Père Roussel étudie la Règle du Tiers-Ordre, les possibilités pour y être inséré. Il pressent que c’est là le chemin qu’il faut prendre. Le 21 février, à la prière du soir, il s’adresse à la Vierge Marie en lui disant: ” Notre-Dame du Mont-Carmel, prenez-nous dans votre Famille “. Le lendemain matin, les Travailleuses Missionnaires le trouveront inerte dans son lit. La Vierge Marie était venue le chercher. L’affiliation juridique de la Famille au Carmel se fera, telle que l’avait désirée son fondateur, trois ans plus tard, c’est-à-dire le 22 février 1987, par le Décret du Père John Malley, Prieur Général de l’Ordre.

健康の高齢者は、彼らがテーブルに座ると、リスクの増加に自身の高齢者が撮影した位置であっても危険にさらされています。

私たちは、ナイフでいくつかの危険なゲームが、話していない食習慣聖心カトリック大学の調査によると、古い時代に、 -大学病院」A. ローマのジェメリ」は、彼らははるかに安全な電力供給のために世界保健機関(WHO)の5勧告からです。

専門家は、研究デー2015で話されている、彼らは調査の結果を発表している間に、ローマのカトリック大学で開催されました。

それは、すべての欠如の最初の出現した栄養バランスです。

魚の消費量は、多くの場合、不足しているながら、約1〜3のうち、シニア過食を開催したり、脂肪や砂糖であまりにも超えています。

症例の40%において、我々は、多くの場合、それらの栄養組成物および(症例の30%)メディアを通じて適切な栄養に関する情報を探している(信頼できないソースを信じる危険)ではなく、彼の医者に旋回を評価するために購入した製品のラベルを読んでいません。

これらの行動の結果は明らかである:傾向は事実である太りすぎ。一方、回答者の幸い40%は、彼らが重量を失うことを試みていると述べました。

症例の85%が、健康を守るために食事制限に喜んでます。

しかし、それはあなたの財布にあるときに状況が変化し、常にあなたがして喜んでではない多くの費用確保するため、安全かつ制御されました。

だけでなく、高齢者の33.8パーセントが食べ報告その期限切れの食品をより一層月に一度、メインを考慮していない10%と30%の間の割合よりも衛生規則は、台所で続くことに常に洗うように生の食品を扱う後、またはその危険性がある。

室温での細菌の増殖に中毒の危険性を最小限にするために冷蔵庫に食品を解凍します。

高齢者の健康がされて-もケアのための資源の節約を可能にする、私たちの国の公衆衛生のための優先順位、自身高齢者の説明責任を通って意識とフランチェスコパトリツィアランディ、研究のコーディネーターを強調しました。

家族の医師と人と彼らのために介護者、家族を気に専門家によってサポートされている、高齢者は、食品衛生の簡単なルールを採用するとダイエットに従うことを、すべてのツールを持っていますバランスの取れました。

出典:おすすめ乳酸菌サプリ高齢者の病気を減らすには免疫を高めるには、善玉菌と呼ばれる乳酸菌やビフィズス菌を腸内で増やす事が必要で乳酸菌サプリなどの摂取がおすすめです。

移動するための健康と安全

穏やかな旅行のための最初のルールは?最もホットな時間を避け、飲料水の供給を運びます。専門家は言うTI早朝や深夜に残すことを言った。

「10時から16時までのピーク時間は夜明けに残すために優れている、または直前に、または前の夜も会長推奨十分な休息をすることによってドライバ。最初のルールは、責任の独自の感覚をフォローし、わずかではあるが、外傷のいずれかのタイプに苦しむことができない子供やお年寄りに細心の注意を払うことは明らかです。」

専門家はまた、小節数をするために取られるためにリストされている車の中で安全に移動するのリゾート地へ。目的は、問題のある旅行は休日の残りを台無しことがないようにすることです。

1.中に移動しないでください一日の最も暑い時間午前または午後の出発点を修正しようとしています。

2.「忘れてはいけない水を、そしておそらくキューに直面し、予期しないファイルには十分持って来ます。

3.「無理しないでエアコンを単に外未満、約5度の温度に調整します、。

4.特別な支払いの子供に注意を安全座席が締まっていることを保証し、座席が過熱していることを確認します。

5.終了する前に、確認してください交通状況を。

6.簡単にする旅行中に6. 「ストレッチ」に停止脚予想外と痙攣を招くリスクを回避するために必須です。

7.停止スナックは、特にドライバのため、高速ではなく、十分にリラックスしている必要はありません。

乳製品:分類と選択、品質評価および保存条件と期間

乳製品を 乳酸発酵に基づいて生成牛乳多くのビタミンは微生物叢の発酵によって合成される乳製品は、乳酸の含有量によって引き起こされる栄養と薬効、人間の体内で腐敗菌の発育を抑制しているビタミン組成物中に豊富です。

発酵食品が原因乳酸発酵のための主要な構成要素(タンパク質、乳糖)、および消化管の分泌活性上のアクティブな乳酸効果の部分的な崩壊により簡単にミルクより消化されます。

分類発酵乳製品のは、乳の発酵に使用する酵母の種類、および発酵の間に起こる生化学プロセスの性質に依存します。

純粋または混合培養物のパン種を使用することができるように乳酸菌細菌は、香味剤(25-35°C、40〜45℃、ブルガリア菌、好酸性菌の温度で最適な成長との好熱性乳酸球菌の温度で最適な成長を持っている。

中温性乳酸球菌を、ビフィズス菌ら)および酵母菌ケフィア共生発酵です。高凝固能を有するレンネットのパン種(レニン)の使用に加えて、チーズとチーズ製品の生産で発酵中に生じる生化学的プロセスの性質に応じて、乳製品は、に分けられます。

ホモ発酵発酵生成物(その製造に発酵の一種のみ取る – 乳酸):ヨーグルト、ヨーグルト、乳酸菌製品、サワークリーム、カッテージチーズとチーズ製品を、ヨーグルト、牝馬発酵(乳酸およびアルコール、それらの製造に同時に発酵の2種類の場所を取ります)。

凝固し、細菌文化と技術の組成に応じて、異なる種類を生成します。

プレーンヨーグルトは、全体または乳酸球菌の純粋培養で発酵スキムミルク、から製造されます。

ヨーグルト – 牛乳または式ミルク、乳酸球菌とブルガリア菌の純粋培養で発酵です。

好酸 – 乳酸球菌とラクトバチルス・アシドフィルスの純粋培養して発酵乳から好熱性乳酸球菌や酵母発酵乳糖を加えたブルガリア菌の純粋培養して発酵乳から。

ミルクとクリームの混合物、95℃で3〜4時間露光し、添加ラクトバチルス・ブルガリクスとストレプトコッカス・サーモフィルスの純粋培養で発酵です。

高温処理を施した滅菌牛乳やミルクの、乳酸桿菌の追加の有無にかかわらずストレプトコッカス・サーモフィルスの純粋培養で発酵です。

他のよく知られている国内およびヨーグルト無脂肪乾燥物質の含有量が高い発酵乳製品牛乳の好熱性乳酸球菌とラクトバチルス・ブルガリクスの純粋培養でミルクまたは調製乳の発酵により得られます。

彼らは、アクティブなビフィズス菌を含むバイオヨーグルトを生産します。

ヨーグルトは、脂肪含有量(に応じて区別- – 1%、1.4%、1.5%、2.5%クリーム4.7%、8%、10%ミルク、熱処理条件(ヨーグルトを「ライブ」) -厳しい熱処理を施し、微生物の生存可能な細胞を含む、および「非生物」ではない- )細菌叢の発酵ダイする熱処理を施し剛性、ならびに芳香族および香料添加剤(果実、ベリー、等)の種..

特徴アシドフィルス製品は、高い抗菌活性を持つサワー種ラクトバチルス・アシドフィルス、の使用です。

アシドフィルス製品によって(酵母を加えて)乳酸菌ミルク、乳酸菌、乳酸菌ミルク、酵母が含まれます。これらの製品は、特定の味、粘性のコンシステンシーを有しており、顕著な治癒(結核を治療するために使用される、沸騰および他の疾患)の特性を有します。

製造においてはサワークリームの乳酸と風味菌の純粋培養で¥10〜40%、それぞれ、高カロリー-他の発酵乳製品高い脂肪含量からサ ​​ワ ​​ーが異なります。脂肪量の割合に応じて、クリーム10%脂肪(「ダイエット」)、15、20、25%の脂肪、30%の脂肪(及びより高いグレードI)を区別する。

カッテージチーズおよびチーズ製品は、吸収率のために良好であり、高ン含有タンパク質(20%)、カルシウムおよびリンです。

血餅、血清を除去し、低温殺菌牛乳を発酵させてカードを取得します。

純粋培養発酵にまたは塩化カルシウム、レンネット又はペプシンを添加することなく、乳酸菌を用いました。

(5脂肪カッテージチーズ(18%脂肪)、ボールド(9%脂肪)、低脂肪、柔らかい食(4と11%脂肪)、柔らかい果物や果実食(11%脂肪)、農民を生産%脂肪)など。

チーズ製品クリーム、ヨーグルト、バター、様々な香料および芳香族充填剤(ココアパウダー、砂糖漬けのフルーツ、レーズン、新鮮なフルーツやベリー、など)を添加したチーズ(異なる脂肪含量)から生産。チーズ製品のカッテージチーズの塊、チーズ(コーティングしてコーティングされていない)、クリームケーキ、チーズ、チーズペースト、半製品およびその他の製品が含まれます。

ケフィア -ケフィア菌類に基づいて低温殺菌牛乳発酵を発酵させて製造される混合発酵(乳酸やアルコール)の鋭い特定、ヨーグルトの味をリフレッシュする。

アルコール発酵の結果として蓄積乳酸発酵、アルコール及び二酸化炭素の結果として蓄積乳酸の組合せによるものです。

ケフィアは、栄養と薬効成分を持っている:低脂肪ヨーグルトは、体からの流体(腎臓、心臓、糖尿病の疾患に有用)を排除することができます。

1日と2日のヨーグルトは、腸に下剤効果があります。バイオヨーグルトの新種ビフィズス菌の異なるタイプを含む、治療および予防特性を強化しました:消化管を正規化し、予防腸内毒素症やアレルギーを提供し、免疫力を高めます。

高い抗菌活性を持つブルガリアのミルクと酵母の乳酸桿菌型で構成され、特別なパン種を使用して、馬の乳から作られています。

クミスは結核といくつかの胃腸疾患を治療するために使用されます。

原因牝馬酵母のミルク中のラクトースの高いコンテンツへのより積極的に開発し、2.5%のアルコールまでに累積クミス培地(2日- 1.75%アルコール)と強い(3日間- 2.5%アルコールまで) -馬のミルクの発酵後の成熟の時には弱い(1%アルコール1日)に分割されています。

品質の評価乳製品のは官能及び物理化学的パラメータに行われます。

味と香りが外国の味や臭いのないきれいな、発酵乳、である必要があります。

色 – 乳白色またはわずかにオフホワイトまたは充填剤の添加を帯び、均一質量全体に分散です。

乳製品の大多数のための一貫性 – 均質、粘性、破損または壊れていない血餅と、適度に厚いです。

乳製品の品質の最も重要な物理的および化学的指標は(劣らず、%で)、脂肪質量分率ではないと(ターナー度)酸度。安全性指標は、ミルクとクリーム(P。9.2)のものと同じです。